L’équipe de « Vivre et agir à Lailly en Val »
derrière Patrick PICHON

Patrick est caractérisé par sa remarquable sérénité et sa discrétion. Mais, derrière l’homme calme au sourire léger et sincère, se cache un travailleur acharné, animé d’une envie d’atteindre les objectifs qu’il se fixe.

Patrick est aussi une personne posée, réfléchie, intègre et droite, forte de ses convictions.

Son but est de créer une véritable synergie, d’instaurer plus que jamais un travail d’équipe permettant à chacun de ses membres, en fonction de ses compétences et de ses aspirations, de faire aboutir les dossiers qui lui seront confiés.

Il voit Lailly en val comme un des plus beaux villages de France, qu’il faut préserver tout en le développant.

Son expérience lailloise l’amène aujourd’hui à être tête de liste aux élections municipales.

Signé : L’équipe de « Vivre et agir à Lailly en Val ».

Discutons un peu …
Communication

Monsieur Philippe GAUDRY vous a présenté le programme de sa liste le 20 Février.
Nous avons souhaité vous faire part de nos réflexions.

P. GAUDRY :  Moderniser le site internet de Lailly.
P. PICHON :  La commune vient d’acquérir le droit d’administration de son site internet. Il sera possible de gérer nous-même le contenu et d’être plus réactif dans la mise en ligne des infos.

P. GAUDRY :  Installer des panneaux diode pour les informations.
P. PICHON :  Cette dépense n’est pas à notre programme. La dépense liée à ce type de matériel va de 11 000€ à 16 000€ (en restant raisonnable) Il faut ajouter la connexion électrique et le contrat de maintenance de 5 000€ à 9000€/an. Nous excluons cette dépense de notre programme

P. GAUDRY :  Améliorer le réseau internet.
P. PICHON :  C’est fait au niveau communal depuis octobre dernier avec le changement de l’ensemble du parc téléphonique des principaux bâtiments communaux. De plus, le Conseil Général du Loiret et SFR ont annoncé dans un communiqué de presse du 14 février : « Le déploiement d’un réseau de communications électroniques à Très Haut Débit (THD) sur le territoire du Loiret est désormais une réalité grâce au partenariat avec le groupe SFR. Le THD permettra d’accroitre l’attractivité auprès des entreprises mais aussi de couvrir les zones blanches. »

P. GAUDRY :  Communiquer avec la population par SMS et Mail.
P. PICHON :  Ces outils sont forcément utilisés par tous les agents et les élus tant à destination des administrés que des administrations ou des différents partenaires. Ce sont des gains de productivité et d’efficacité au quotidien. Lailly vit au 21ème siècle !

Discutons un peu …
Environnement

Monsieur Philippe GAUDRY vous a présenté le programme de sa liste le 20 Février.
Nous avons souhaité vous faire part de nos réflexions.

P. GAUDRY :  Faire un inventaire des matériels utilisés par les agents communaux.
P. PICHON :  Il est opérationnel et obligatoire dans le cadre du Plan communal de Sauvegarde.

P. GAUDRY :  Vérifier la qualification de chaque employé.
P. PICHON :  C’est obligatoire dans le cadre de l’entretien annuel des agents.

P. GAUDRY :  Faire une évaluation du temps d’intervention par secteur.
P. PICHON :  C’est fait 2 fois par an pour les agents de voirie et en continue pour l’école dans le secteur ménage.

P. GAUDRY :  Dresser des constats de voirie.
P. PICHON :  La commune dispose depuis novembre d’un relevé complet de l’état des voiries et des ponts établi par l’Etat.

P. GAUDRY :  Réorganiser le travail des employés.
P. PICHON :  Cela mérite un développement sauf à partir du postulat que les fonctionnaires territoriaux de Lailly sont mal organisés, travaillent peu et surtout sont mal encadrés !!!

Discutons un peu …
Soutiens des Ainés

Monsieur Philippe GAUDRY vous a présenté le programme de sa liste le 20 Février.
Nous avons souhaité vous faire part de nos réflexions.

P. GAUDRY :  Nous favoriserons le maintien à domicile avec l’ADMR et Famille Rurale.
P. PICHON :  Il sera difficile de faire plus qu’aujourd’hui. Nous travaillons avec l’ADMR, le CLIC, la Coordination gérontologique, l’AADPA et l’Arche du Souvenir par la présence d’élus au sein des conseils d’administration et par l’apport financier que nous ouvrons dans le cadre des subventions annuelles. Pour en avoir connaissance il suffit de lire les comptes rendus des conseils municipaux.

P. GAUDRY :  Nous organiserons des permanences pour les demandes d’aide et remplir les dossiers.
P. PICHON :  C’est tout simplement le rôle du Maire adjoint au social.

Discutons un peu …
Communauté de Communes du Canton de Beaugency

Monsieur Philippe GAUDRY vous a présenté le programme de sa liste le 20 Février.
Nous avons souhaité vous faire part de nos réflexions.

P. GAUDRY :  Limiter les dépenses.
P. PICHON :  Tous les budgets, depuis la création de la CCCB ont été votés à l’unanimité.

P. GAUDRY :  Mettre en place des groupements d’achat.
P. PICHON :  Un groupement d’achat public est très difficile à mettre en place tant la règlementation y est complexe. De plus le site Approlys a ouvert le 20 février. Il regroupe les départements du Loiret, du Loir et Cher et de l’Eure et Loire, et propose une centrale d’achat aux communes et aux institutions qui seraient intéressées. Lailly a déjà manifesté son souhait de participation.

P. GAUDRY :  Favoriser et accompagner le personnel municipal vers la CCCB.
P. PICHON :  Il n’est absolument pas prévu de fusion des communes du canton au profit de la seule CCCB. Les personnels restent attachés à leur collectivité. Néanmoins nous avons dans notre programme la volonté de travailler avec la CCCB afin d’optimiser les compétences au niveau du territoire lors du transfert de certaines tâches de l’Etat vers les collectivités (expl : analyse des permis de construire dans le cadre du futur SCOT couvrant le contrat de Pays).

Discutons un peu …
Lutte contre les incivismes

Monsieur Philippe GAUDRY vous a présenté le programme de sa liste le 20 Février.
Nous avons souhaité vous faire part de nos réflexions.

P. GAUDRY :  1ère proposition  : afficher les règles de bonnes pratiques à tous les équipements. Faire signer cette règle de bonnes pratiques par les responsables de sports, d’assos, les enseignants etc.
P. PICHON :  Actuellement chaque président d’association a signé une charte d’utilisation des locaux mis à la disposition de sa pratique, sportive ou culturelle. Notre bonne entente avec tout le monde associatif fait que nous n’avons pas en projet de modifier ce qui est en place et qui satisfait toutes les parties concernées. Dans le domaine des enseignants, seul l’académie ou le ministère peut imposer des règles. Les élus n’ont aucun pouvoir en ce domaine et dire le contraire est une preuve de non connaissance évidente des compétences dévolues à ces derniers.

P. GAUDRY :  2ème proposition : Mettre des caméras de surveillance.
P. PICHON :  Dans notre programme nous avons le projet d’en installer 3 complémentaires (après la Lisotte) suite aux travaux réalisés avec le Major référent police du secteur.

P. GAUDRY :  3ème proposition : Créer un poste de police municipale.
P. PICHON :  Il n’y aura pas de création de ce type de poste à Lailly sous notre mandature. Le coût est trop élevé au regard de l’intérêt collectif d’autant que les chiffres de délinquance sur notre territoire classent la commune en dernière position risques. Le coût salarial minimum est de 40.000 € (charges comprises) plus un véhicule complètement équipé pour l’autonomie de cet agent (15.000 €) plus les assurances, plus … et qui assurera la protection des laillylois durant les congés et les formations de cet agent (8 semaines chaque année sans compter les récupérations d’heures supplémentaires inhérentes à cette fonction) ? Et qui assurera la sécurité des habitants du bourg pendant que le policier sera à Monçay, des habitants des Trois Cheminées pendant qu’il sera à Meaulnes, des habitants de la Croix Blanche pendant qu’il sera au bord de l’étang ? Soyons réaliste : un policier municipal sur une commune aussi étendue que Lailly en Val aura un impact quasi-nul sur l’insécurité.

Nous essaierons d’impulser une action autour des « voisins citoyens », c’est-à-dire de faire en sorte de créer, renforcer le lien social entre voisins (par les réunions de quartiers, l’incitation à des fêtes de voisins…). Nous disons bien « impulser » car cela ne peut se mettre en place que sur la bonne volonté de chacun. Et ces « voisins citoyens » pourront être amenés à se rendre des services, se prêter des outils, faire une course pour l’autre, garder son chien ou son enfant et, quand il y en a un en vacances, arroser sa pelouse ou… jeter un coup d’œil à sa maison (c’est là qu’on rejoint le « voisin vigilant », sauf que le « voisin citoyen » fait aussi autre chose que de la vigilance…).

Discutons un peu …
Associations

Monsieur Philippe GAUDRY vous a présenté le programme de sa liste le 20 Février.
Nous avons souhaité vous faire part de nos réflexions.

P. GAUDRY :  Nous soutiendrons les associations.
P. PICHON :  Avec 17 membres actifs en associations sur 23 candidats, comment pourrions nous oublier le soutien et les encouragements à tous ces bénévoles ?

P. GAUDRY :  Nous encouragerons la créations de nouvelles associations.
P. PICHON :  Le montant des subventions communales aux associations accordées pour 2014 est de 45 200 €.

Discutons un peu …
Accès aux soins

Monsieur Philippe GAUDRY vous a présenté le programme de sa liste le 20 Février.
Nous avons souhaité vous faire part de nos réflexions.

P. GAUDRY :  Face à la pénurie de médecin et aux difficultés de la commune à avoir un deuxième médecin.
P. PICHON :  Concernant la venue de nouveaux praticiens médicaux, cette compétence est également dévolue en totalité à CCCB. Compte tenu de la pénurie de présence médicale sur le secteur, il est tout à fait souhaitable que chaque élu utilise ses compétences et son carnet d’adresse pour tenter de favoriser notre commune mais les aides à l’installation reste du domaine d’intervention de la CCCB.

P. GAUDRY :  Nous pourrions recruter des médecins étrangers, mais nous sommes conscients que les laillylois n’y sont pas favorable culturellement.
P. PICHON :  48% des médecins et chirurgiens des hôpitaux français sont étrangers !!

P. GAUDRY :  Nous sponsoriserons un étudiant en médecine à condition que celui-ci intègre le cabinet à la fin de ses études (à l’exemple de Meung sur Loire).
P. PICHON :  C’est une excellente idée mais les candidats sont rares et les étudiants recherchent des conditions de travail en Maison médicale pour travailler en équipe. Ce type de recrutement est intéressant mais très difficile à trouver. Le Conseil Général du Loiret a voté 6 bourses pour des étudiants qui s’engagent à rester au moins 5 ans sur le territoire. Sur ce quota, 3 bourses ont été octroyées à Meung S/Loire !!! les 3 autres seront réparties sur le département.

Discutons un peu …
Sécurité à l’école

Monsieur Philippe GAUDRY vous a présenté le programme de sa liste le 20 Février.
Nous avons souhaité vous faire part de nos réflexions.

P. GAUDRY :  Nous sommes au courant de violences au sein de l’école.
P. PICHON :  Pour être au courant de violences au sein de l’école et pouvoir en parler sans se raccrocher aux ‘ragots’, encore faut il avoir ses enfants à l’école publique de la commune !!!

P. GAUDRY :  Des élèves ont peur d’aller à l’école.
P. PICHON :  Quand vous avez 250 enfants dans une cour scolaire, même si celle de Lailly est considérée dans le canton comme une référence de bien être, il est inévitable qu’il y ait quelques incidents de jeux. Les enseignants maîtrisent parfaitement ces quelques cas isolés tout comme les employés communaux lors de la période de midi.

P. GAUDRY :  Nous allons agir contre cette violence.
P. PICHON :  Il faudrait qu’elle existe pour y remédier !!!

P. GAUDRY :  Il faut être attentif aux signes de violences !
P. PICHON :  Les enseignants et les personnels ont à leur disposition des modules de formation dans ce domaine bien spécifique.

P. GAUDRY :  Pour augmenter la qualité de vie scolaire nous mettrons en place un règlement clair. 
P. PICHON :  Il existe déjà un règlement, signé par toutes les composantes du domaine éducatif et remis à jour à chaque rentrée scolaire. Il est parfaitement clair en ce qui concerne les droits et les devoirs de chacun.

P. GAUDRY :  Nous mettront à contribution les élèves.
P. PICHON :  Au niveau de l’école il existe le conseil des élèves : 2 délégués par classe, du CP au CM2, sont élus par leur camarade. La directrice les réunis 3 à 4 fois par an. Les enfants y évoquent leurs difficultés,  les demandes et surtout élaborent des actions d’amélioration. Par exemple, ils ont mis en place un planning d’activités pour les récréations (foot pour les CM2 à 10h, basket pour les CP … les élèves gèrent le matériel et en sont responsables). Ils ont aussi mis en place un règlement que chacun a signé ainsi que les parents. Cette initiative montre la qualité d’encadrement de l’équipe pédagogique.

P. GAUDRY :  Nous ferons des actions de prévention et de sanction face à la violence.
P. PICHON :  Nous avons prévu de traiter la prévention des violences dans le cadre de notre programme au travers de la mise en place d’un conseil municipal des jeunes mais la collectivité n’a aucun pouvoir et aucun droit de sanction sur les enfants. Nous dirons ‘heureusement que les élus ne sont pas des juges de l’enfance’.

P. GAUDRY :  Nous augmenteront le nombre de présence de personnes dans la cour.
P. PICHON :  Combien et pour quel impact budgétaire ? Comment recruter du personnel pour 45 mn seulement le midi ?

Discutons un peu …
Rythme Scolaire

Monsieur Philippe GAUDRY vous a présenté le programme de sa liste le 20 Février.
Nous avons souhaité vous faire part de nos réflexions.

P. GAUDRY :  La réforme a été envoyé il y a 15 jrs par la municipalité actuelle. Nous ne pouvons rien faire pour la modifier pour la rentrée 2014 mais tiendrons compte du bien-être des enfants.
P. PICHON :  Un projet négocié et accepté de façon très consensuel entre parents d’élèves, enseignants, agents des écoles et municipalité a été envoyé à l’organisme de tutelle. Il ne repose actuellement que sur l’harmonisation des horaires entre temps scolaire et TAP obligatoires. La prochaine municipalité aura donc tout loisirs pour mettre en œuvre les activités et surtout trouver les personnels qui porteront les projets éducatifs et de loisirs auprès des enfants et en assurer l’encadrement.

P. GAUDRY :  Nous sommes conscients que cette réforme augmente la fatigue des enfants, du mécontentement des enseignants et des inquiétudes des parents.
P. PICHON :  Dans ce cadre, les discussions avec l’ensemble des parties concernées ne font ressortir aucun mécontentement des enseignants ou des parents d’élèves. Le dialogue permanant entre les élus et les partenaires du domaine éducatif permet de construire, ensemble, des projets de qualité pour nos enfants. Projets très largement soutenus financièrement par la commune depuis de très nombreuses années.

P. GAUDRY :  Nous mettrons en place des activités enrichissantes.
P. PICHON :  Le contraire serait un non sens !

P. GAUDRY :  Nous avons l’intention de soumettre un nouveau projet à la rentrée 2015 en plaçant l’enfant au centre du projet et en concertation avec les parents, les enseignants et la municipalité.
P. PICHON :  C’est ce qui se construit déjà cette année et qui devra se poursuivre car rien n’est décidé pour la prochaine rentrée scolaire. Il faudra trouver des activités, des porteurs de projets, des encadrants professionnels …

Discutons un peu …
L’Urbanisme

Monsieur Philippe GAUDRY vous a présenté le programme de sa liste le 20 Février.
Nous avons souhaité vous faire part de nos réflexions.

P. GAUDRY :  Nous rassurons les propriétaires de terrains à bâtir : il n’y aura pas de saisine de la part de la liste si nous sommes élus.
P. PICHON :  Contrairement à ce que prétend P. Gaudry, nous n’avons jamais envisagé d’exproprier un particulier pour réaliser une opération de promotion immobilière. Pour preuve, la ZAC du clos Moussard s’est faite en parfaite coopération entre propriétaires privés, aménageur et collectivité.

P. GAUDRY :  Nous travaillerons pour ne pas transformer Lailly en Cité dortoir en développant à la fois le commerce et l’emploi.Il faut éviter que les laillylois se déplacent toujours vers les grosses agglomérations.
P. PICHON :  Les nouvelles habitudes de consommation, ‘drive’, internet, ne favorisent pas l’implantation de commerces dans les zones dites rurales, toutes les études le démontrent. Quant à l’emploi local, il ne se décrète pas et l’attractivité de la zone synergie val de Loire en sortie d’autoroute focalise très largement le nombre de création d’emplois sur l’ensemble du canton. Néanmoins nous accompagnerons sans faille les porteurs de projet cohérent dans leur volonté de création ou de développement.

Avoir plus de commerces à Lailly n’empêchera pas le phénomène de « cité dortoir », car ceux qui travaillent à Orléans ou Blois font souvent leurs courses dans ces agglomérations, et rentrent souvent trop tard pour aller dans les commerces de Lailly. Par contre ce qui peut impliquer plus les habitants dans la vie locale, ce sont les diverses animations proposées entre autre par les associations. De plus, les futurs comités de quartier pourront permettre à chacun de faire connaissance avec ses voisins et peut-être développer de nouvelles amitiés. Les entraides entre voisins pourraient également permettre à chacun de se sentir Laillylois.

P. GAUDRY :  Conserver la dimension rurale de Lailly.
P. PICHON :  Serait elle menacée et par QUI ?? La ruralité est diverse. Elle concerne les activités agricoles bonne pour notre environnement, la chasse …d’ailleurs les lotissements sont construits en zone urbaine et n’empiètent pas sur les zones agricoles de rapport.

P. GAUDRY :  Développer les commerces sur les 2 départementales et développer l’affichage de ces commerces.
P. PICHON :  L’ouverture récente d’un nouveau commerce sur la route d’Orléans est la preuve de notre implication dans ce domaine. Quant à l’affichage des commerces en place, nous avons choisi un affichage clair et discret pour ne pas dénaturer la ville.

P. GAUDRY :  Nous ne sommes pas fermer au logement social, mais il faut le faire avec modération. Il faut favoriser la construction d’habitation de type rurale pour préserver l’identité rurale de Lailly.
P. PICHON :  Le logement est une priorité dans toute société et exclure la construction raisonné de logements dits sociaux n’est pas dans notre programme. Nous n’avons pas de projet dans ce domaine ni dans le cadre d’une nouvelle ZAC.

Discutons un peu …
Le commerce et le développement économique et artisanal

Monsieur Philippe GAUDRY vous a présenté le programme de sa liste le 20 Février.
Nous avons souhaité vous faire part de nos réflexions.

P. GAUDRY :  Nous constatons un déficit en commerce en comparaison avec d’autres communes de même taille.
P. PICHON :  Dans ce domaine les comparaisons sont très aléatoires. Tavers et Baule offrent un grand choix de commerces avec un accès simple à de grandes enseignes, cela pénalise forcément tous les commerces de proximité.

P. GAUDRY :  Nous favoriserons le retour et le développement des commerces.
P. PICHON :  Nous sommes dans le cadre de la libre installation des professionnels. Il faut une clientèle potentielle pour créer un commerce et Lailly souffre de la proximité des zones commerciales de Tavers et Baule ainsi que des axes de circulation pour le domicile / travail qui sont tournés vers Orléans ou Blois. . L’augmentation du nombre d’habitants a déjà permis d’attirer un commerce, comme la nouvelle boulangerie. Nous accompagnons ce type d’initiative…

P. GAUDRY :  Nous redéfinirons le centre bourg en faisant des aménagements pour les commerces tout en préservant l’étang, les jardins etc.
P. PICHON :  Dans notre programme est budgétée la refonte de la place de l’église pour la rendre plus attractive.

P. GAUDRY :  Nous mènerons une étude de la zone d’activité dans une optique d’extension.
P. PICHON :  Ce domaine est exclusif à la communauté de communes dans le cadre de sa compétence économique. Ce volet fut la première obligation de transfert de compétence exigée par la Préfecture.

P. GAUDRY :  Accueillir et écouter les projets économiques des Laillylois.
P. PICHON :  Accueillir, écouter, bien évidemment mais en synergie et en complément des actions de la communauté de communes.

Vos questions à Philippe Gaudry.
Les réponses de Patrick Pichon :

Lors de la réunion d’informations du 20 Février de la liste de Monsieur Philippe GAUDRY, vous avez posé plusieurs questions. Nous avons souhaité vous faire part de nos réflexions et de nos réponses.

1.   Combien de personnes de votre liste sont investies dans les associations de Lailly en Val  ?
Notre liste comprends 11 candidats partie prenante dans un bureau d’association et 6 membres actifs bénévoles.

2.   Vous parlez de fiscalité maitrisée : combien vont coûter les caméras de sécurité et le salaire du policier  ? qui va payer  ?
Une caméra c’est 5 000 €. Un serveur de conservation temporaire des enregistrements c’est 10 000 € pour un parc de 8 caméras. Pour le policier municipal : 40 000€ de salaire plus un véhicule et des frais de fonctionnement.

3.   Que comptez-vous faire concernant l’assainissement de Moncay  ?
L’assainissement collectif n’est pas toujours la meilleure solution. Les études d’impact sur l’environnement menées par les services du ministère montrent qu’il est préférable et moins coûteux à moyen terme de réaliser un assainissement individuel plutôt que de créer ou d’étendre des réseaux collectifs en secteur de campagne. Pour Monçay, il est possible intellectuellement et techniquement de construire une station d’épuration mais le seul exutoire est le Rû. Le débit de ce ruisseau est insuffisant pour diluer les rejets. Les organismes compétents départementaux ou ministériels sont catégoriques, la réponse est NON. Ces travaux sont de la responsabilité du syndicat des Eaux et de l’assainissement Lailly-Dry. Il faudrait déjà convaincre nos amis de Dry pour une augmentation de 25% le prix de l’eau assaini à Dry, juste pour faire plaisir à Lailly. Que pourrait également penser tous les Laillylois d’une augmentation de 25% de leur facture ? Il n’y a jamais rien de gratuit dans ce domaine, les budgets doivent être équilibrés c’est une obligation légale. Résultat, tous les travaux sont payés par le consommateur.

4.   Allez-vous créer d’autres infrastructures sportives autres que pour le foot  ? par exemple pour le basket  ?
Nous reconstruirons la buvette du foot en améliorant le bâtiment et bien évidemment nous étudierons les demandes faites par les autres structures associatives.

5.   Nos enfants grandissent et vont devenir des adolescents. Que comptez-vous faire pour eux  ?
Dans le cadre de la mise en place du Conseil Municipal des Jeunes, nous comptons travailler avec nos enfants et leurs parents afin de mettre en place des activités qui leur conviennent et pour lesquelles ils seront parti prenante.

6.   L’aménagement des «  Gardoirs  » : Se fera en accord avec les agriculteurs  ? y aura-t-il négociation des terrains  ? vous comptez modifier le PLU  ?
Il n’y a pas besoin de modification substantiel du PLU pour agrandir la ZA des Gardoirs mais nous rappelons que ce champs d’action est de la compétence exclusive de la CCCB.

7.   Rythme scolaire  : comptez-vous modifier le projet pour la rentrée 2014  ?
Nous ne modifierons pas les rythmes de temps scolaires et TAP déjà négociés avec tous les intervenants du domaine éducatif. Il faudra s’attacher rapidement à rechercher des intervenants, monter des projets culturels, sportifs, ludiques avec comme objectif de proposer un programme complet pour la mi juin.

8.   Est-ce que les associations auront droit à la gratuité de l’utilisation des salles  ?
Actuellement les salles sont gratuites pour toutes les manifestations à caractère culturel (jamais de bénéfice dans ce domaine). Nous envisageons de reconduire la gratuité une fois l’an seulement pour les actions à caractère onéreux.

9.   Incivisme  : sur votre projet de règles de bonne pratique à signer par les présidents d’associations, est-ce à dire que ceux-ci seront responsables de toute dégradation commise lors de leurs activités  ?
Chaque association est responsable de ses actes et l’assurance responsabilité civile couvre les éventuels soucis matériels.

10.   Question à Philippe GAUDRY  : tu te dis enfant du pays. Qu’est-ce que cela signifie exactement  ? Cela te donne une qualification particulière  ? Qu’est-ce que ça veut dire face aux nouveaux arrivants  ?
Question à Patrick PICHON : tu te dis enfant du Pays …… J’ai simplement vu le jour au domicile de mes parents à Lailly, à une époque où les accouchements étaient encore réalisés sur place, c’est tout. J’ai forcément une attache particulière à cette commune mais les études et l’activité professionnelle génèrent depuis 30 ans des mobilités géographiques importantes. Chacun revendique ses origines familiales et territoriales (breton – basque – alsacien …) mais nous nous devons de vivre ensemble et en tolérance.

Réunion du 24/01/2014 : Citoyenneté, écoute, proximité

1- Le Conseil Municipal de jeunes (CMJ) :

C’est un lieu de participation d’enfants et/ou de jeunes à la vie publique locale et à la décision. C’est un outil en faveur de l’exercice de la citoyenneté et de la participation des jeunes dans le cadre d’une politique éducative, de jeunesse et de démocratie participative pour une collectivité.

a. Comment atteindre les jeunes du collège ?

Nous disposons déjà des coordonnés des jeunes des collèges de Beaugency dans le cadre de l’activité ticket sports.

b. Comment voyez-vous la structure du CMJ ?

Nous aurons à décider quelle forme nous voulons donner à ce lieu de participation :
- conseil de jeunes, parlements de jeunes, forums de jeunes ?
- par tranche d’âge sous forme de commissions ?
Tout est à construire avec les jeunes et les parents intéressés par le projet.

c. Est-ce qu’il y aura des grands pour nous accompagner ?

Ce CMJ sera construit, animé, développé sous la dynamique d’un maire adjoint et de conseillés municipaux. Ces derniers devront construire le dialogue avec les jeunes, entendre les souhaits des parents, accompagner les jeunes dans leurs réflexions et les mises en œuvre de projets et enfin, assurer un cadre juridique formalisé à ce CMJ.

d. Comment tenir compte des préoccupations des parents ?

Quelques parents volontaires pourront être intégrés à la dynamique de mise en place et de suivi, mais c’est avant tout une structure destinée aux jeunes. C’est une occasion de Co-construire ensemble, enfants, jeunes, parents et municipalité de Lailly.

2- Comité de quartier :

L’objectif est de rapprocher la collectivité des habitants dans leur cadre de vie quotidien. Nous souhaitons avoir un dialogue direct concernant la vie du quartier, favoriser les contacts entre voisins (pourquoi ne pas créer un évènement par quartier permettant de se connaitre ?)

Réunion du 24/01/2014 : Développement Durable

a. Quelles sont les normes d’éclairage ?

Notre réseau d’éclairage public est très ancien et la mise à la norme NF EN 13 201/2 est obligatoire. Nous avons travaillé avec la DDT (Division des Territoires – Etat-) durant toute l’année 2013 pour finaliser en décembre un plan d’éclairement de l’ensemble du territoire communal.
Trois types de voies sont à considérer et chaque type de voie correspond à un objectif d’éclairement :
* voies principales 15 lux
* voies secondaires 10 lux
* dessertes lotissement et autres voiries 7,5 lux

b. La technologie LED sera-t-elle retenue ?

Non, le coût aujourd’hui du LED n’est pas compatible avec nos capacités financières et le retour sur investissement totalement impossible. Nous utiliserons des lampes basse ou haute pression à vapeur de sodium conformes aux recommandations du Grenelle de l’environnement.

c. Quel impact sur nos impôts ?

Pas d’impact sur la fiscalité. Le remplacement de 70% du parc d’éclairage public se fera sur le budget investissement de la commune. La baisse de consommation réalisée par le changement des lampes sera juste compensée par l’augmentation des tarifs de l’énergie.

d. Est-ce que les lampadaires continueront à s’éteindre à 23H30 ?

Certainement. Cet horaire est en vigueur depuis 2012.

e. Est-ce que le fait d’éteindre à 23H30 ne favorise pas les cambriolages ?

80% des cambriolages du secteur ont lieu en pleine journée. Le noir complet dans une rue est plus sécurisant qu’une rue très éclairée, le passage d’un véhicule y est alors vu et reconnu facilement.

Réunion du 24/01/2014 : La vie Associative

Nous sommes nombreux dans la liste Vivre et Agir à Lailly-en-Val à être investis dans une association :
- basket – tennis – parents d’élèves – théâtre – association familiale – comité des fêtes …

Notre souhait est de ne rien changer dans les rapports actuels entretenus entre municipalité et association.

Nous continuerons à considérer les associations comme un vecteur essentiel de vie locale, de dynamisme et de convivialité.

Nous serons à l’écoute des difficultés, des soucis du bénévolat, nous accompagnerons les projets de développement et de création.

Réunion du 24/01/2014 : Intercommunalité

Quel sera votre rôle ?

Yves FICHOU est le plus investi dans ce domaine au travers de la Communauté de Commune du Canton de Beaugency qu’il préside depuis sa création. Nous sommes dans une approche de territoire et de mutualisation des services et des investissements.

L’autre dossier important d’intercommunalité est le syndicat des eaux et de l’assainissement avec Dry. Dans ce domaine nous devrons, ensemble, décider des investissements indispensables à mettre en force à la station d’épuration de Lailly en Val et à la sécurisation de la fourniture en eau potable.

Réunion du 24/01/2014 : Travaux et Sécurité

a. Y aura-t-il mise en place d’un radar pédagogique ?

Nous pensons que cet équipement pourrait avoir un intérêt et un impact sur la vitesse dans le secteur des 3 cheminées mais ces équipements ne sont pas efficaces sur les comportements quotidiens des riverains…

b. Les barrières vertes sur la départementale sont gênante pour le passage du matériel agricole. Vont-elles être supprimées ?

Elles ont été posées à la demande des utilisateurs de la rue du Val afin de sécuriser l’accès à la Route Départementale, la visibilité était souvent réduite par le stationnement de véhicules dans le virage.

Réunion du 24/01/2014 : Questions Diverses

a.    Qu’est-ce qui sera mis en place pour la réforme scolaire ?

Une commission de pilotage est en cours de constitution. C’est elle qui devra définir les grandes lignes d’organisation et les premières projections pour la rentrée de septembre. A ce jour, nous n’avons pas de schéma à proposer.

b.    Comment pérenniser le commerce local ? Quel est le rôle de la mairie ?

L’intervention économique est de la seule compétence de la communauté de commune, mais nous devons aider le commerce local pour la partie administrative et utiliser nos réseaux relationnels pour avancer.

Les modes de consommation évoluent, nous voulons tous que nos commerces de proximité perdure mais nous sommes tous un peu coupable d’infidélité.

c.    Y aura-t-il une nouvelle tranche de lotissement ?

Nous sommes actuellement dans la dernière tranche de la ZAC du clos Moussard. L’immobilier ne se porte pas bien depuis 2008 et nous constatons que les travaux de viabilité se réalisent actuellement par ½ tranche. Le marché n’est pas porteur. Il n’est pas envisageable aujourd’hui d’ouvrir de nouvelles possibilités significatives d’installations immobilières.